Motocross MXGP

Jeremy Van Horebeek : “Je suis loin d’être usé !”

Jeremy Van Horebeek : “Je suis loin d’être usé !”
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

Jeremy Van Horebeek a entamé sa deuxième saison au guidon de la Honda du team SR Motoblouz. Un statut de pilote privé qui n’empêche pas The Jerre de donner la réplique aux pilotes officiels. La preuve : après une solide saison 2019,  il s’est glissé dans le top-5 du deuxième GP de la saison à Valkenswaard.

“Le week-end de Valkenswaard fut très difficile pour moi. Enfait, je pense qu’il l’a été pour tout le monde”, nous explique Van Horebeek. “Cette année, le passage de la saison de sable au MXGP est un peu compliqué. L’an passé, je n’avais disputé que le Touquet. Cette année, j’ai disputé l’intégralité du championnat de sable. Passer de l’un à l’autre, cela demande un peu de temps. D’un point de vue physique, je n’ai aucun problème. Par contre, ce qui est très différent, c’est le niveau d’intensité des courses. Par ailleurs, à cause de la saison de sable, on n’a pas eu suffisamment de temps pour tester la moto et peaufiner les réglages pour le MXGP. A Matterley Basin (premier rendez-vous de la saison MXGP, NDLR), je n’avais clairement pas les bons choix pour les réglages de ma moto.”

“Il n’y aura peut-être pas de podiums ni de victoires, mais ce temps est révolu pour moi.”

“La vitesse de pointe n’est pas encore tout à fait au top”, poursuit Jeremy, “mais quand je vois que je suis malgré tout capable d’intégrer le top-5 sur un GP comme celui de Valkenswaard, je suis satisfait. Je vais analyser ce que je peux encore améliorer pour travailler cela dans les semaines qui viennent. Mon objectif en tant que pilote privé, c’est de rentrer dans le top-5. Y parvenir dès le deuxième GP de la saison, cela me met évidemment en confiance pour la suite. Le niveau est très élevé, il ne faut pas l’oublier. Même entrer dans le top-10, ce n’est pas facile.”

A LIRE EGALEMENT  Vidéo : Julien Lieber face aux caméras de la télévision verviétoise

“Je suis convaincu que nous pouvons faire de belles choses cette saison”, continue Van Horebeek avec enthousiasme. “J’ai trente ans mais je suis loin d’être usé. Être constant sera le mot clé cette année. Je pense que si je reste à l’écart des blessures et que je peux marquer régulièrement de gros points, je devrais figurer assez haut sur le classement du championnat en fin de saison. D’accord, il n’y aura peut-être pas de podiums ni de victoires, mais ce temps est révolu pour moi.”

“Mon expérience en tant que pilote officiel apporte quelque chose dans le développement de la moto mais il est évident que les moyens dont nous disposons ne sont pas comparables avec ceux des pilotes “Factory”, précise le pilote Honda. “J’ai en général une idée assez claire des solutions à apporter dans beaucoup de situations mais ce n’est pas pour autant qu’elles peuvent être mises en oeuvre du jour au lendemain ou qu’elles sont en ligne avec les moyens financiers dont nous disposons dans une équipe privée.”

 

Texte : Tom Jacobs & Danny Hermans | Photos : Pascal Haudiquert & Gino Maes

Vos commentaires

Plus de motocross