Motocross

Cinq minutes avec Ugo Moors

Cinq minutes avec Ugo Moors
Decrease Font Size Increase Font Size Taille du texte Imprimer

On tend aujourd’hui notre micro à Ugo Moors. Le jeune Namurois prend 5 minutes pour répondre à nos questions et nous permettre de faire plus ample connaissance avec lui.

  • Nom: Ugo Moors
  • Date de naissance: 3 juin 2004
  • Lieu de résidence: Courrière
  • Catégorie/championnat: 250cc National français , Elite MX2 et une épreuve EMX250
  • Pilotes préférés: Jeffrey Herlings et James Stewart
  • Circuit préféré: Gallarate (Italie)

D’où vient ta passion pour le motocross, quand et comment as-tu commencé à rouler ?

“Elle me vient de mon père , il m’a acheté ma première moto à 2 ans mais je n’ai pas accroché. J’ai ensuite eu un quad à 3 ans que je n’ai pas du tout aimé. A 4 ans, je suis remontée sur ma moto et à 7 ans je disputais ma 1ère course.”

Qu’est-ce qui te plaît le plus en motocross?

“Les remontées après un mauvais départ.”

Le meilleur/le moins bon souvenir?

“Ma première course en 250 où je fais 2ème en Juniors FMB à seulement 14 ans / Casse moto dans le tour de reconnaissance d’une manche à l’ADAC.

Tes adversaires préférés ?

“Mon premier adversaire est moi même. J’essaye de ne pas m’occuper des noms et de rester concentré tout au long de ma manche en doublant le plus de pilotes possible.

Y a-t-il quelqu’un d’autre à part tes parents qui t’aide à t’entraîner ou qui te donne des conseils de pilotage ou de préparation physique ?

“Mon coach Yves Devlaminck (coach national) et Patrick Caps qui garde un œil de loin sur moi. Il y a aussi Eric Delchambre pour la préparation physique.”

A LIRE EGALEMENT  Courtney Duncan sacrée sportive de l'année en Nouvelle-Zélande

Comment cela fonctionne-t-il pour être en mesure de combiner l’école et le motocross ?

“Je bénéficie d’un statut d’élite sportive à l’Adeps, ce  qui me permet de louper 4 heures de cours par semaine, ce qui me permet de mettre à jour mes travaux scolaire. Je n’ai pas la possibilité de m’entraîner autant que d’autres pilotes de ma génération.  Je mets en effet en parallèle mes études à l’école Saint-Joseph à Ciney, un établissement exigeant.”

Matière préférée à l’école?

Les mathématiques

Comment les autres jeunes de ton âge réagissent-ils lorsque tu dis que tu fais du motocross ?

“J’en parle très peu à l’école et je reste discret. Mais, en général, ceux qui savent ne prennent pas ce sport au sérieux. Cela me fait d’ailleurs bien rire.”

Quel regard portes-tu sur la saison dernière ?

“Une année de transition pour moi de la 125 à la 250cc. Avec deux petites blessures qui m’ont fait perdre trois mois au total, donc j’espère faire mieux quand la saison reprendra.”

Quels sont vos objectifs en 2020 ?

“Monter à 14 ans en 250 a été un passage difficile car c’est une machine plus difficile à tenir mais je n’avais pas un pilotage assez agressif pour le 2-temps. Tout va changer cette année car j ai vraiment beaucoup bossé au niveau physique et je tiens de mieux en mieux la bête. On va pouvoir aussi faire une top moto pour la suite. Tout est prêt. Terminer dans le top-5 National français, me qualifier a l’Elite et pourquoi pas rentrer dans les points et si tout se passe bien viser une qualification à l’Europe… Mais je reste les pieds sur terre !”

A LIRE EGALEMENT  Pas de mondial junior de motocross cette année

Quels sponsors souhaitez-vous remercier ?

“Un grand merci à Kevin et Sergio de chez Ride and Race pour les motos, les pièces et à Michel Sebastiani (KTM Belgique), pour l’aide pour le futur,…JF Racing pour la préparation moteur vraiment top, KTM Belgique pour le contrat, Bihr pour tout ce qui est équipement et pièces,  SMX Parts pour les pièces spéciales ainsi qu’à Hacking pour le gros travail sur les suspensions, Scratchi pour les kits déco,  Confirt intex, DB groupe, la menuiserie Olivier Kate, Soulier électricité, mon papa qui me suit depuis toujours et ma famille. Ça fait plaisir de savoir qu’il ya tellement de gens qui croient en moi.”

Texte : Tom Jacobs

Vos commentaires

Plus de motocross